Une soirée, un monde !

by Nathalie on 05/16/2010

J’admire profondément les gens qui s’impliquent à améliorer la vie des autres et à ramener un peu de justice dans ce monde. Je suis fascinée par le parcours de Frédérique Vallières, link cofondatrice de Reach Out To Humanity.  Vous ne connaissez pas ROTH ? Alors soyez de la fête avec nous le 16 juin prochain au Centre des Sciences de Montréal dans le cadre de l’événement Une soirée, un monde.  Vous constaterez où en sont les bénévoles présents à Arusha en Tanzanie en ce moment pour construire une école visant à aider les femmes Maasai à poursuivre leur éducation.

Les membres fondateurs de ROTH se sont rencontrés en septembre 2006 alors qu’ils étaient bénévoles sur des projets humanitaires à Nakuru au Kenya. Aujourd’hui, ils réunissent leurs connaissances des services de santé, de l’éducation et de la construction, des éléments essentiels à l’amélioration des infrastructures de régions en voie de développement.

Lors du cocktail du 16 juin, dans une ambiance de fête, vous pourrez entre autres entendre les nouvelles chansons d’Ève Cournoyer, découvrir Maytiss et Madame Bao tout en participant à un chouette encan silencieux rempli de rares merveilles (mises aux enchères en ligne toute la semaine avant l’événement) ! Charles Sirois agira à titre de président d’honneur de l’événement et je serai votre hôte.  Tous les profits de la soirée serviront à terminer la construction de l’école en Tanzanie.  Croyez-moi, vous y ferez de fabuleuses rencontres et je vous promets des surprises !

Les billets sont en vente dès maintenant au coût de 50 $, incluant une consommation et une délicieuse collection de canapés. Pour obtenir vos billets, contactez ROTH à soiree@reachouttohumanity.org

{ 3 comments… read them below or add one }

Dominique May 21, 2010 at 13:39

En plus tous les bénévoles qui veulent apporter une aide au projet de ROTH sur le terrain payent de leurs poches tous leurs frais de voyage et d’hébergement. ROTH n’a aucun employé et ne reçoit aucune subvention, tous les dons vont directement sur le terrain. J’adhère à 100% aux valeurs et aux principes de ROTH : reconnaître le droit de tous et de chacun à une vie digne. Pour moi la santé et l’éducation, des filles surtout, sont des biens essentiels à la vie, individuelle et collective. C’est dans l’action, un petit pas à la fois, que nous arriverons ensemble à construire un monde différent et solidaire.

Benoir Grenier June 14, 2010 at 14:19

Soutenons cette cause et ensemble participons à des actions concrètes pour changer le monde.

isabelle marjorie tremblay June 14, 2010 at 23:17

Mais qui sont les femmes Maasaï et pourquoi ce besoin criant de ressources ?

Vous avez sûrement déjà vu des photos d’elles. Ces femmes africaines sont d’abord reconnues à travers le monde pour leur beauté. À l’inverse des habitudes capillaires occidentales, elles portent le crâne ras pour se faire belles et séduire et ce dès l’enfance. Elles portent de larges colliers multicolores et des bijoux de perles sur la tête pour mettre en valeur les traits fins de leur visage. Elles ont aussi d’énormes boucles d’oreilles chargées d’ornement magnifique. Chez les femmes maasaï, fierté et élégance sont les mots d’ordre !

Voilà pour l’image exotique qu’elles projettent.

Mais derrière une si belle parure se cache une réalité peu reluisante. Le rôle des femmes dans la société maasaï est extrêmement important et très exigeant. Véritables gardiennes de l’ordre social, elles font littéralement… tout ! Elles construisent les huttes, tissent les vêtements, puissent l’eau, font du commerce, cuisinent pour leur mari et éduquent les enfants. Les hommes ont la réputation d’être de vrais fainéants qui laissent tout le travail aux femmes… Elles méritent notre appui pour cette première et excellente raison.

Mais ce n’est pas tout. Cette discrimination commence très jeune. Entre 12 et 15 ans, les filles maasaï sont obligées d’épouser un mari, imposé par leur père. Le futur mari de l’adolescente doit quant à lui, payer au père pour acheter sa fille, souvent en échange de quelques bétails. Celle-ci sera par la suite… à son service. Cet échange de propriété suggère une forme de possession qui prive les filles de leurs droits scolaires, économiques et patrimoniaux…

À quoi servira un centre d’éducation des femmes? Il permettra à un grand nombre de filles de sortir de cette structure archaïque et discriminatoire pour leur offrir une éducation secondaire, avec chambre et pension, et un soutien pour passer les examens d’accès aux universités. Une vie de leur temps, quoi ! Le centre offrira aussi des programmes de santé et d’alphabétisation à des milliers de femmes des communautés pastorales.

Cette cause vous touche ? Sachez que les fonds ramassés lors de la soirée du 16 juin 2010 au Centre des sciences de Montréal, iront directement à la construction de ce centre d’éducation. Des dizaines de bénévoles travailleront à sa construction. Je suis convaincue que des initiatives solides comme celles de ROTH ont un impact concret afin que ces femmes aient l’avenir qu’elles méritent et la chance de développer leur plein potentiel.

Une soirée agréable pour vous, et qui peut faire toute la différence pour ces femmes connues pour leur beauté mais méconnues pour leur souffrance…

Leave a Comment

{ 1 trackback }

Previous post:

Next post: